Tom Spurgeon's Web site of comics news, reviews, interviews and commentary
















May 23, 2011


Jean-Christophe Menu Resigns From L'Association

The artist and founding member Jean-Christophe Menu has resigned from his present position of authority at the seminal French arts-comics publisher L'Association. In a letter that was sent out to a number of French-language comics professionals and quickly copied and re-copied in several places, Menu explained his various reasons for leaving. My college French, never much use when it comes to these things, indicates that at one point Menu colorfully calls L'Association a three-legged dog, those three legs being incompetence, inconsistency and revenge. Plus, he tosses in, the dog stinks.

imageThe recent turmoil at L'Association may have been simmering for years, as many of the founding members had left the publishing collective for a variety of reasons and the usual issues that come when maintaining a longstanding company as the member get older hit L'Association just as they have many other initiatives. When a general economic decline over a period of several months led to the late 2010 announcement that workers would be let go from the L'Association offices, the refusal of those workers to depart and their resolve to bring the issue to the public's attention at the 2011 Angouleme Festival brought Menu's future leadership of the company into question. This led to several accusations flying back and forth, and rounds of speculations from sometimes bewildered onlookers. It also gave us the spectacle of an intensely dramatic public meeting several weeks back between Menu, the current principals, and past members of import, much of which seemed to filmed.

I don't have a horse in this race other than the fan's concern that comes when that many talented people are spending time on things other than creating fantastic comics work. I do know that despite his contentious personality Menu is a sublimely talented editor that I hope gets another chance to develop talent and a comics line if he wants such an opportunity. (There's a vague allusion to him doing this in the letter.) I also hope the best for L'Association without him; they are truly one of the medium's signature companies.

For your cutting and pasting into google translation pleasure, what follows is the text of that letter, appearing in no less than five e-mails sitting in my inbox.

*****

MUNIQUET ONICIEL

DE JCMENU.

A tous.

Je laisse L'Association derriere moi.

Sans rancœur ni regrets.

Il aura fallu, pour accepter l'amputation de 21 ans de vie, un fameux diagnostic de gangrene incurable.

Il aura fallu aller au bout de cette incurie pour le savoir vraiment.

L'impossibilité d'aller de l'avant dans ce contexte ne fait désormais pour moi plus aucun doute.

Et ma décision, mûrement réfléchie, est désormais inexpugnable.

Ce n'est pas très gai de voir une Utopie s'écrouler sous le poids de la plus basse trivialité. Une poignée de revanchardise, une autre d'inconséquence, une autre d'incompétence : ça fait un chien à trois pattes. Et il pue.

Bon courage aux lapins inattendus qui sortent du chapeau, par hasard ou par tour de passe-passe : ils se voient sauveurs, ils ne sont que l'ombre d'un Collectif fantasmé qui n'est plus actif que dans certains cauchemars, ceux-là mêmes où le mot "démocratie" devient moins que rien.

Je quitte L'Association avec un seul souci : perdre ces moments magiques où un Editeur et un Auteur découvrant leur ouvrage sorti des presses, éprouvent ce que j'oserais appeler une Epiphanie. Epiphanies qui doivent continuer à exister ailleurs. Et mieux.

Donc non, finalement, je pars sans aucun souci.

J'ai été "patron-voyou", lynché des mois publiquement, puis j'aurais (paraît-il) été "plébiscité". Pour moi c'est la même chose, dans le sens où cela n'a aucun sens. J'ai besoin de sens pour construire quelque chose. Dans la configuration qui s'annonce, je ne suis indispensable que muselé et rouméguant moi-même sur trois pattes. Sans façons.

Tout se passe dans le déni total de ce que j'ai pu faire seul depuis cinq ans : à savoir un travail d'Editeur libre à qui on ne cherche pas noise au moindre pet. Noise que j'ai déjà vécue. Et que d'aucuns se croient autorisés à me faire revivre. Eh bien non.

J'ai été jusqu'à la réconciliation, au pardon, j'ai voulu y croire, j'y ai presque cru. Mais dès que les points fondamentaux ont été abordés, la mésentente séculaire est revenue au galop, en pire puisque désormais "Bureau" (autoproclamé et illégitime, mais quelle importance ?). La suite de l'Histoire de L'Association ne m'appartient plus. Mais la suite de mon Histoire n'appartient qu'à moi. Et à certains d'entre vous.

Par respect élémentaire pour les Auteurs, je souhaite accompagner jusqu'au bout les livres que j'ai initiés ; achever de superviser le graphisme du site internet de L'Association. Mais dès ce jour, je me désolidarise de toute décision et de toute procédure émanant de L'Association, lesquelles, souvent consternantes à mes yeux, ont déjà commencé à s'élaborer sans mon consentement.

On "remercie" l'Expert-Comptable, conseil de la structure depuis plus de quinze ans. On "remercie" l'Avocat de L'Association. On "remercie" un chef de fab intérimaire dont j'étais sûr des compétences. On annonce, à L'Association, le fameux livre "sur L'Asso" prévu ailleurs et bâti sur le règlement de comptes, sans mon accord et alors que je n'en ai rien vu. On envoie des "communiqués officiels" dont je n'ai suivi ni la rédaction, ni la diffusion.

Le plus curieux, c'est que cela ne m'affecte même plus.

Il suffit désormais de passer son chemin, en se forçant à la mansuétude.

Quitter ce marigot toxique n'est plus qu'un immense soulagement.

Ensuite, je créerai une autre structure.

Mieux vaut refonder, même le métal le plus précieux, que de se laisser fondre.

Pour moi, L'Association a achevé son Histoire. Une Magnifique Histoire, utopique, imprévisible et chaotique à souhait. Je crois d'ailleurs qu'elle a fini son Histoire dans le Valais Suisse, à Sierre en juin 2010, dans les liesses de l'exposition et du livre de ses 20 ans. Ensuite (même s'il y eut des Livres et non des moindres) tout n'a plus été que délire.

Il en aura fallu beaucoup, pour me dégoûter de 20 ans d'une Utopie que j'aurai créée. Il fallait que j'aille jusqu'au terme de ce processus (crise, conflit social, grève, agressions, calomnies, AG truquée, revenants hostiles, nouveau constat d'incompréhension) pour imaginer possible de laisser tout ce travail derrière moi, et imaginer possible de tout reprendre à zéro. C'est fait.

Merci, du fond du cœur, à tous les Auteurs et Amis qui m'auront soutenu, non seulement au cours de ces derniers mois abjects, mais pendant toutes ces années de lutte contre les moulins à vent (bien inoffensifs, finalement) et de réalisation de livres impossibles. Je laisse derrière moi un des plus beaux Catalogues de la Terre. Aucun regret : la moindre virgule de ce puzzle fait partie de ma vie. Vous êtes nombreux à le savoir. Le puzzle continuera autrement. Nous n'en perdrons aucune pièce.

Nous nous interdirons la nostalgie. Les Livres, eux, sont vivants.

Un Catalogue cohérent est vivant et dangereux.

Pour toujours. Si ce n'est pour l'Ethernité.

Je ne souhaite mauvaise chance à personne.

Je sauvegarde tout bonnement ma liberté.

Mes convictions. Et ma raison.

Voire ce qu'il nous reste à faire ensemble.

Allez savoir.

Intransigeance !

Opiniâtreté !

Où c'est possible!

Jean-Christophe Menu.

23 mai 2011.
*****

A fun introduction to Menu is his interview with Sammy Harkham from The Comics Journal #300. At one point he actually describes the comics scene in which he operates as, "France, country of shitty comics, with a kennel for the few weirdos who don't like big-tits humor and sword-and-sorcery," which I find hysterical.
 
posted 9:00 pm PST | Permalink
 

 
Daily Blog Archives
July 2014
June 2014
May 2014
April 2014
March 2014
 
Full Archives